LA MAISON DES MÉTIERS D'ART

The Maison des Métiers d’Art

L’écrin des savoir-faire horlogers de Cartier

La Maison des Métiers d’Art de Cartier réunit, à La Chaux-de-Fonds en Suisse, les plus précieux métiers d’art appliqués à l’horlogerie. Dédié au dialogue, à la recherche, cet écrin est un monde où se côtoient de multiples expertises horlogères. Un projet ambitieux et unique, né d’une approche inédite dont la vocation est d’innover, de mettre en commun et de préserver des savoir-faire rares. Un défi audacieux, né de l’envie de réinventer, de faire connaître et de pérenniser ces métiers.

Située à quelques pas de la Manufacture de Haute Horlogerie, dans une ferme de style bernois datant de la fin du 18e siècle, la Maison des Métiers d’Art s’impose, par son architecture, comme le symbole d’une rencontre réussie entre tradition et modernité. Si l’esprit des lieux a été conservé, la structure intérieure a été entièrement reconçue et doublée d’une trame invisible hautement technique. La création de la Maison des Métiers d’art s’inscrit comme un geste pionnier, par lequel Cartier relève le défi de sublimer la tradition et d’ancrer dans la modernité ces pratiques expertes.

LES MÉTIERS D’ART DE CARTIER

Ici, les gestes se déploient au fil de métiers rares : gravure en creux, cloisonnage d’or, assemblage de pierres en mosaïque, émaillage, marqueterie florale… Le répertoire de Cartier se développe autour de l’art du feu, de l’art du métal et de l’art de la composition. De nouveaux savoir-faire les complètent régulièrement.
Exceptionnelles, les créations, nées grâce au talent hors pair des artisans, témoignent des passerelles établies entre contraintes horlogères et pratiques traditionnelles, des défis relevés. La perfection et le beau surgissent à l’échelle de l’infiniment petit.

L'ART DU MÉTAL

LA GRANULATION

 

La granulation est apparue au 3e millénaire avant J.-C. Elle trouve toute la force de son expression au 8e siècle avant J.-C., avec l’art étrusque. Véritable semis de grains d’or, la technique de la granulation consiste à réaliser des billes à partir de fils d’or découpés puis roulés dans de la poussière de charbon de bois et chauffés à la flamme. Les grains d’or sont alors assemblés un à un et fusionnent avec la plaque d’or afin de créer le relief du motif.
En 2013, Cartier crée une montre en granulation, au décor de panthère. Près de 3 800 billes d’or composent cette oeuvre solaire ; elles sont fixées au cadran par groupe de cinq. Près de 3 500 passages au feu sont nécessaires pour sa réalisation. 40 heures sont consacrées à la gravure du motif et près de 320 heures à la mise en place des billes.

LE FILIGRANE

 

L’invention du filigrane est attribuée aux Sumériens. Les premiers objets créés selon cet art, en provenance de Troie et d’Ur, ont été datés de 3000 ans avant J.-C. Les artisans ont dû adapter cette technique aux critères d’excellence de la Maison et à l’échelle de l’univers horloger. Aujourd’hui, les fils d’or ou de platine sont torsadés, puis aplatis par martelage. Ils sont ensuite modelés afin de former le motif puis soudés. Lorsque les éléments sont fixés sur les côtés et non sur le fond, le filigrane est dit « à jour ».
En 2015, Cartier réinvente cette technique, avec une montre qui associe cet art ancien au travail de la laque et au sertissage. Autant de gestes qui se répondent pour une montre plus que précieuse dont le travail du filigrane a nécessité 10 jours de travail.

L'ART DU FEU

L’EMAIL CHAMPLEVE

 

Pour l’émail champlevé, la poudre d’émail coloré est appliquée dans des cavités obtenues en enlevant de la matière au cadran. Des alvéoles sont ainsi délimitées par des fils de métal. Une fois déposé, l’émail est cuit puis l’ensemble est poncé jusqu’à donner à la pièce le poli désiré. La réalisation du cadran de la montre Santos-Dumont taille XL, décor faucon a nécessité 30 heures de travail et 13 couleurs d’émail.

L’EMAIL PLIQUE A JOUR

 

Le décor est dessiné à l’aide d’un fil d’or soudé, et une feuille d’argent ou de cuivre est posée au fond de chaque alvéole ainsi formée. Le travail de l’émail se fait alors, puis la plaque de fond est dissoute. La lumière peut ainsi traverser les motifs en émail translucide, retenus par ces très fines cloisons en or. Comme pour un vitrail miniature, elle amplifie et décuple les effets de transparence. 21 couleurs d’émail sont utilisées pour le cadran de la montre Ronde Louis Cartier XL, décor toucan, créée en 2014.

LA GRISAILLE PATE D’OR

 

La plaque d’or est couverte d’une couche uniforme d’émail noir. L’artisan émailleur dépose, à l’aiguille ou au pinceau très fin, une pâte d’or qu’il va travailler pour créer des effets de profondeur et de relief. Le cadran est ensuite passé au four.
En 2014, avec la montre Rotonde de Cartier grisaille pâte d’or décor panthère, Cartier redécouvre la grisaille pâte d’or et l’associe à l’émail.

L’EMAIL GRISAILLE

 

Pour l’émail grisaille, le fond du cadran est recouvert d’une couche d’émail noir. Une fois passée au four, on y dépose, à l’aiguille ou au pinceau, du « blanc de Limoges ». L’artisan, tel un peintre, nuance ses blancs et fait ressortir les contrastes, les jeux de lumière, le relief du dessin.
Plus de 40 heures de travail sont nécessaires à la réalisation du cadran de la montre Rotonde de Cartier en grisaille décor tigre.

THE ART OF COMPOSITION

MOSAÏQUE DE PIERRE

 

Chez Cartier, deux techniques de mosaïque se complètent : des petits carrés miniatures apposés dans le fond du cadran et des tesselles aux formes irrégulières qui composent le motif. La composition est rigoureuse, les couleurs varient selon la nature des pierres.
En 2014, Cartier crée un cadran en mosaïque de pierres au motif de tigre. Une oeuvre spectaculaire qui comptabilise près de 500 minuscules tesselles et entre 30 à 40 heures de travail pour le fond et 25 à 30 heures pour le décor.

MARQUETERIE PETALES DE ROSE

 

En 2014, une technique inédite en horlogerie s’est inscrite au répertoire de la Maison : la marqueterie florale. Pour cette pratique aussi rare que délicate, les artisans effectuent une série d’opérations très minutieuses : la récolte des pétales, la coloration, le découpage de chaque pétale, apposé sur une fine épaisseur de bois, grâce à une scie à pied de marque-terie, dite « à arbalète ». Une fois assemblés, ces élé-ments laissent apparaître le dessin dans son entier. Un travail d’une grande exigence, où tout se joue à chaque étape : il suffit d’un geste et l’ensemble est à reprendre. Une prouesse qui nécessite une immense concentration et deux semaines de travail uniquement dédiées à la marqueterie.
Trois semaines sont nécessaires pour réaliser le cadran de la montre Ballon Bleu de Cartier marque-terie florale, décor perroquet.

MARQUETERIE DE PAILLE

 

La paille est choisie pour sa qualité, sa solidité, sa brillance. Elle est fendue, brin à brin, puis aplatie au moyen d’un piloir en os, avant d’être découpée avec une scie à marqueter et assemblée afin de recomposer le dessin. Les brins de paille de tailles et de teintes différentes sont juxtaposés au plus près afin d’obte-nir des effets de volume et de profondeur. Une fois le motif composé, la paille demeure dans son état naturel, sans protection ni vernis.
45 heures de travail sont nécessaires à la réalisation du cadran de la montre Rotonde de Cartier marqueterie de paille, décor lion.